net art, video, performance

Annie Abrahams

Une caresse intercontinentale

La performance est annulée pour des raisons techniques.
Elle est remplacée par une performance Un Toucher Intercontinental / An Intercontinental Touch aux mêmes heures.

I do not like being touched. Touching me is only for intimi. I am not intimate with Fabrice. This new telematic intimate experience, this intercontinental caress makes me remember the The Big Kiss performance with Mark River in 2007. I hardly knew Mark, yet we kissed, we practiced a French Kiss for three hours. This is what one sees in the video archives, but in fact we constructed the kiss together, we co-created it. Our action was far from headlong, we were elsewhere – we co-designed an image of a kiss with our tongue. And in the meanwhile I remembered all the kisses, French or not, I ever gave, all the images of kisses I knew. My tongue was animated by these memories and I felt the movement of the tongue of Mark via proxy.
A story became.
How it will be this time? Is the touch interposed by pins going to touch me? Will my skin be sensitive enough for an exchange? What memories this experience will wake up in me? What new reality will we construct?

More English information et d’autres images : http://fabricemetais.fr/aa/spip.php?article30

Le 7 mai 2011
Fabrice Métais et Annie Abrahams
Performance de toucher télématique entre Paris et New York
Durée 30 min.

20h30 à Paris (Annie Abrahams)
la Tapisserie
13 rue Pétion (11e arrondissement)

14h30 à New York (Fabrice Métais)
Old School (dans le cadre du New Museum’s festival of ideas soutenu par EYELEVEL BQE gallery)
233 Mott St (Soho)

Je n’aime pas trop qu’on me touche. Me toucher est réservé aux intimi. Fabrice n’est pas un intime. Cette nouvelle  expérience de l’intime à distance me fait penser à celle du The Big Kiss avec Mark River en 2007. Je connaissais Mark à peine et pourtant nous nous sommes fait la bise, nous avons pratiqué la French Kiss, pendant trois heures. C’est ce qu’on voit dans les archives vidéo, mais en fait nous avons construit cette bise ensemble, nous l’avons co-créé. Notre action était loin du corps à corps, nous étions ailleurs – nous avons co-dessiné une image d’une bise avec notre langue. Et pendant ceci je me suis rappelé de toutes les bises, French ou non, que j’ai pu donner, de toutes les images que j’en connais. Ma langue était animée par ces souvenirs et j’ai senti le mouvement de la langue de Mark par procuration.
Une histoire s’est construite.
Comment ce sera cette fois-ci? Est-ce que ce toucher par picots interposés va me toucher? Est-ce que ma peau sera suffisamment sensible pour un échange? Quels souvenirs cette expérience va-t-elle réveiller? Quelle nouvelle réalité allons-nous pouvoir construire?

La “Caresse intercontinentale” est une performance télématique tactile. Grâce à une interface spécifique développée à l’Université de Technologie de Compiègne, il est aujourd’hui possible de toucher l’autre à travers les fibres optiques qui passent sous les océans ; la performance vise à explorer cette confrontation inédite entre l’intimité (de la peau, de la caresse) et la technologie de pointe (avec ses câbles et ses algorithmes) en utilisant une interface développée à l’origine à l’université UTC de Compiègne par le groupe CRED (Cognitive Research & Enactive Design) pour rendre accessibles les applications graphiques  aux aveugles.


About these ads

Filed under: Performance, , , , ,

FIND /

Archives 2008 – 2011

Annie Abrahams
Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 35 other followers

%d bloggers like this: