net art, video, performance

Annie Abrahams

Distant Feeling(s) [commented] + Distant Feelings #6 archive.

Distant Feeling(s) [commented] the video is a screencapture of Distant Feeling(s) #6 mounted with a recording of Marc Garrett and Ruth Catlow reading a remix of comments. In this remix reactions from participants in previous iterations of Distant Feeling(s) are used to address the multiple aspects of the project.
(We are very proud of this video- thanks to all who contributed.)

Comments remix .pdf (by Daniel Pinheiro and Annnie Abrahams). Words from Muriel Piqué, Zara Rodríguez Prieto, James Cunningham, Camille Bloomfield, Ruth Catlow, Daniel Pinheiro, Annie Abrahams, Lisa Parra, Johannes Birringer, Randall Packer and Nicolaas Schmidt, as well as the participants of the Laboratoire de Traverse #11Écrans : surfaces de projection et projections de soi. Qu’est-ce que l’écran fait de nous ?“, Cie in Vitro/Marine Mane, laboNRV et Les Subsistances Lyon.

Notes on my impressions from 11:30 – 11:48 AM CDT. Max Herman.

Distant Feeling(s) #6 has been performed on Sept. 26th 2019 to a live audience in ‘Spazju Kreattiv’, Valletta, Malta as part of the Video Vortex #12 opening event concerned with the aesthetics and politics of online video.

Merci pour cela Annie, pour ce miroir que tu nous tends vers nous-même, en plus de nous ouvrir des fenêtres et des portes vers les autres. Agathe Herry (online participant) 
More comments .pdf (surtout en français, mais pas seulement) by Lucille Calmel, Max Herman, Agathe Herry, Alice Lenay, Sandra Sarala and Christine Develotte.

Adnan Hazi and Andreas Treske participating in the event space in Malta.

Distant Feeling(s) is a project by Annie Abrahams, Lisa Parra and Daniel Pinheiro. More information bram.org/distantF and landproject.tumblr.com

Filed under: Conference / lecture, networked performance, Performance, Video, , , ,

XD,^_^,:3,:-D – traces

Les dernières 5:30 min de la performance XD,^_^,:3,:-D.
Expérience de communication par le rire.

12 oct. 2019 18h45, ENSAD, Montpellier.
Une proposition de 3G(enerations) dans le cadre du festival Magdalena Montpellier. Alice Lenay, Carin Klonowski, Gwendoline Samidoust, Pascale Barret, Annie Abrahams et Alix Desaubliaux.

Les 15 minutes prévus en ont duré 20. Le public a ri aussi. D’un début un peu crispé, trop agité, la performance a évolué vers un naturel, dont les dernières minutes témoignent.

Le rire un langage? L’expérience a créé du lien, peut être même une communauté temporelle au delà de l’écran. Ça faisait du bien de voir que c’était possible.
Ça faisait aussi du bien de voir le public participer activement, de voir une partie s’emparer de la performance pour la jouer à sa/leur manière(s).

Autres images de la performance sur flickr.

Ce n’est pas un spectacle mais une expérience performative.
Le rire comme langage – est-ce possible – et si on essaie – où ça nous amène?

Alix 23/10/2019 : J’ai eu le trac à cause du public. Un stress positif, avant la performance, le stress de la scène, sûrement. Pendant la performance, je me suis sentie à l’abri, comme s’il y avait un rideau entre notre espace de connexion en ligne et le public, dans une salle, à Montpellier : nous n’étions (presque) pas dans le même espace et dans des temporalités/localités différentes. Nous avions parlé plusieurs fois du rire comme guérisseur, libérateur, soulagement : ici, il a servit à “guérir” ce trac : il y avait un réel trouble à soigner par le rire, à la différence de nos entraînements ou nous explorions peut-être un langage en essayant de comprendre quoi y exprimer réellement. Nous parlions de ces sessions d’essai et d’entraînement comme étant dures à tenir, difficiles, ce que je n’ai pas senti ici. ……
…… À travers le lien que le rire à créé entre nous, il y a eu un réel impact sur un ressenti non simulé à travers la mise en scène d’un protocole d’expression. A la fin de la performance, alors que la régisseuse tourne la caméra pour que nous puissions voir le public nous applaudir, il y a un renversement des rôles : en tant que performeuses, nous devenions le public qui performe l’applaudissement, à travers l’écran.

Contexte de cette performance :
La session “rire” dans le projet Constallations.

Filed under: networked performance, Performance, , , , ,

XD,^_^,:3,:-D performance Magdalena Montpellier

Performance “XD,^_^,:3,:-D
12/10 18h45 Maison Louis Jouvet / ENSAD, 19 rue Lallemand, Montpellier.
Une proposition de 3G(enerations) dans le cadre du festival Magdalena Montpellier*.

XD,^_^,:3,:-D” est un défi presque intenable. Un défi de groupe. Une expérimentation.
Comment pendant 15 min. communiquer par le rire? Comment le faire à distance en étant en même temps devant un public dans une salle ? Comment utiliser ce langage commun pour, espérons-le, créer du lien?

Le rire libérateur – accusateur – désirant – coupable – complice – séduisant – hilare – thérapeutique – moqueur – apaisant – malicieux – cathartique – nerveux – incontrôlable – de connivence – vengeur – maladroit – le sourire.

3G est un groupe de recherche par la pratique artistique en ligne, constitué de Annie Abrahams, Pascale Barret et Alix Desaubliaux.
En 2018 et 2019 le groupe a travaillé sur le projet “Constallations” : Une conversation en forme de 3×3 sessions de désir/tempête/lavage cérébraux en ligne. Pour la performance “XD,^_^,:3,:-D” le groupe invite Alice Lenay, Carin Klonowski et Gwendoline Samidoust, qui ont déjà participé à une session en ligne sur le rire auparavant.

… plus nous nous faisons face et testons-partageons ensemble, plus nous prenons confiance et enrichissons l’expérience en allant plus loin. Plus on va loin, plus on se met à nu et plus il faut se faire confiance, en réalisant l’effet que le rire peut avoir sur les autres : en riant et essayant de rire, en se forçant à rire, en souriant, en ricanant, en pouffant, en explosant de rire, on se retrouve à envoyer et recevoir beaucoup d’intentions. C’est un rapport frontal et émotionnel avec l'(in)expérience : Il n’y a que le filtre de la spontanéité entre nous et les autres.” Alix 12 03 2019.

Annie Abrahams (1954), artiste et performeuse, étudie les possibilités et les limites de la communication dans les conditions du réseau.
Pascale Barret (1975), artiste queer éco-féministe visuelle, sonore et performante, utilise des médias tangibles, virtuels, scientifiques, magiques et historiques pour aborder les problèmes de trans-identités.
Alix Desaubliaux (1993) artiste et chercheur, travaille sur la façon dont nous regardons et cohabitons avec des entités numériques, des personnages de fiction et des machines.
Alice Lenay est artiste chercheuse. Elle s’intéresse aux apparitions de visages sur écran, la question de la rencontre et de l’être-ensemble au sein des environnements médiatiques.
Carin Klonowski est artiste, chercheuse et commissaire d’expositions, qui poursuit son travail de plasticienne et de chercheuse au sein de la Coopérative de recherche, à l’École Supérieure d’Art de Clermont Métropole.
Gwendoline Samidoust est plasticienne. Elle s’intéresse via la pratique de l’installation à la question de la construction du regard: des codifications culturelles ou sociales quelles sont les formes qui la prédéterminent, l’enserrent, qu’est ce qui nous permet de voir autrement ?

* 7-12/10 festival Magdalena Montpellier
10/10 14h30 CDN. Table ronde. Entre virtuel et incarné, quelles innovations sociales et écologiques ? Avec Helen Varley Jamieson, Lucille Calmel, Muriel Piqué et Annie Abrahams.

Pour vous mettre dans l’ambiance :

Filed under: networked performance, Performance, , , , ,

Online performance – three articles.

If you are interested in remote collaboration and art you may want to read these. Flaws and possibilities, conditions for participation and audience agency are treated.

Trapped to Reveal – On webcam mediated communication and collaboration. Annie Abrahams, Jar #2 ISSN 2235-0225, 2012.
It is about performance, it is about processes and human beings being transformed. Annie Abrahams formulated motives, described means and managed to give this research a succinct philosophical and political background.

Learn together what it means to be connected CyPosium – The Book, 2014, ISBN 9781291988925.
Annie Abrahams reflects, referring to Kit Galloway, Gregory Bateson and Susan Kozel on her participation in and the interest and importance of the Cyposium.
we will have to become more radical in our experimentations and start to be more critical towards our own work. We shouldn’t be afraid to operate a ‘niche’, where we are ‘just’ our own audience. It might be a prerequisite for new discoveries, for the creation of a situation where we learn together what it means to be connected...

Preconditions for Online Participation PAIC, 2019.
Annie Abrahams finds that an awareness of hardware and software influences, clear and open protocols, familiarization with the technology, an active role and a hospitable environment for the participants are obligatory to allow them to enjoy an aesthetics of attention and trust, where their choices and behavior count.

Filed under: Articles / Texts, networked performance, Performance, , , ,

Distant FeelingS #6 – Video Vortex Malta

Distant FeelingS #6, Thursday 26/09 18h30, Video Vortex, Valletta, Malta.
Duration 15 min.
Online. Open to all.
Eyes closed. No talking.
Projected in Malta during the opening ceremonies: two onstage participants + a special soundfile: a textcollection of past participant reactions spoken by Ruth Catlow and Marc Garrett.

If you want to join you need to install the zoom application on your device and on the 26th connect at 6:25 pm Paris time to meeting no 3210554238 – find your time here.

Distant FeelingS a series of online webcam meetings trying to experience each other’s presence eyes closed and no talking.
Distant FeelingS an ever-changing re-enactment of our intra-action with machines.
Distant FeelingS creates an online communality while resisting the speed of daily live and producing uninteresting data for AI?

A project by Annie Abrahams, Lisa Parra and Daniel Pinheiro.

Filed under: Conference / lecture, networked performance, Performance, , ,

Méthodologie / Methodology V1 – Constallations

Method fleur style.

.pdf fr & .pdf Eng

La méthodologie Constallations sert à aborder des constellations, peu importe leur nature, par l’installation d’une procédure collective. C’est une méthode de mise en mouvement, qui emprunte aux étoiles ses chemins indéterminés.

What must be put into play to make Constallations appear?
Conditions – Necessary attitude – Tools – Protocol
Why write a methodology, a “how to”?
Why would it be important to describe the Constallations methodology?

Each session is always also a gesture of love. Intuition, intellect and machines blend together and create an affect. The path fantasized by the one who organizes, the one who desires, becomes a labyrinth of encounters, bifurcations, digressions, a pure sensory juice of entanglement. The research is done with a benevolence that is inseparable from it: without kindness nothing would emerge.

https://constallations.hotglue.me/?methodologie

Filed under: Articles / Texts, Net art, Performance, research, , , , , ,

About all things languages of all sorts

June 20, 8:15pm Lancaster time (9:15 Paris time)
lingagens an online ReadingClub ***** session. Duration 20 min.
Lai-TzeFan, Sören Pold and Andréa Catrópa will rearite a text originally written by Erika Fülöp.

To join connect to readingclub.fr on the 20th and wait for the performance to start. You can comment, ask questions and discuss the reariting via the chat window. The logfile of the chatwindow will be archived alongside the cinematographic recording of the lingagens session.

The reariting will be projected live as a part of lingagens: a performance by me (Annie Abrahams) at the The Gregson Centre in the frame of the Language INTER Networks conference at the Lancaster University.

Also on the 20th at 3:30pm (UTC+01:00) I will give a talk named with/in languages – a pretty pathetic.
The complete schedule of the conference here.

*****

* The Reading Club is an online collective reading and writing project started by Annie Abrahams and Emmanuel Guez in 2013.
More information:
http://readingclub.fr/info/
– The ReadingClub nominated for the Netbased Award 2018 of H3K Basel. April 2018.
– Included in Electronic Literature Collection volume 3, Cambridge Massachusetts. ISSN: 1932-2016, February 2016
– Pop’lab, n°14, décembre 2014. Download PDF file. 20 pages.
In the Reading Club, reading is not unthought. Annie Abrahams and Emmanuel Guez interviewed by Annick Rivoire, furtherfield. 24-10-2013.
– Included in the show Erreur d’Impression, publier à l’ère du numérique, Jeu de Paume, Paris. Curator Alessandro Ludovico. November 2013.

Filed under: Conference / lecture, e-literature, Languages, networked performance, Performance, , , , , ,

rire …

Dans le cadre de 3G Constallations nous avons fait une recherche autour du rire. Nous c’est Alice Lenay, Gwendoline Samidoust, Annie Abrahams, Alix Desaubliaux et Carine Klonowski.

le rire est indomptable

le conscient joue avec,
mais il se loge dans l’inconscient,

c’est un langage

Le processus, nos idées, protocoles, des liens vers nos captures vidéo sur un framapad qui depuis a disparu . Vous pouvez télécharger un image de l’écriture.

Une journée, d’écriture, d’expérimentations performatives en ligne. Un debrief une semaine après.

Maintenant : nous sommes prêtes pour faire une performance autour du, avec, dans le “rire” – 15 min, sans possibilité de sortir de l’écran – pur, brut – il nous faut une occasion pour ….

Filed under: networked performance, Performance, research, , ,

3G(enerations) Constallations – participation ?

3G(enerations : Annie Abrahams (Montpellier), Pascale Barret (Bruxelles) et Alix Desaubliaux (Lyon), trois artistes, trois femmes, trois générations, se retrouvent en ligne pour Constallations : un projet de rencontre où le faire est utilisé comme instrument pour défaire sa propre réflexivité, sa subjectivité systématisée et pour se lire les unes à travers les autres afin de générer des moments créatifs et inattendus.

Pour les sessions prochaines (8, 10 (plein) et 11 mars) nous accueillerons quelques personnes intéressées.

Si ça vous tente de nous joindre pour une session, écrivez un émail à Alix, Pascale ou Annie.

Les contraintes :

– il faut être disponible toute la journée de 11h à 17h.

– avoir installé et testé l’application zoom.us

Chaque instanciation est initiée / hébergée par l’une des artistes comme une invitation et un défi aux deux autres. Jusqu’à maintenant six sessions ont eu lieu : Defragmentation, Crittertalk, musingCyborg, QueeringDommage, fem-technoecologies et Partktology.

Constallations est une conversation sous la forme de 3 x 3 sessions de désirs / tempêtes / lavages cérébraux.

Constallations est un outil radical pour un non-art. 

Constallations est une confrontation attentive entre générations, visions et pratiques.

Constallations  est soutenu par OUDEIS dans le cadre de son axe de recherche sur l’exposition et l’automatisation.

Filed under: Event, Performance, research, , ,

douter de sa perception d’autrui / doubting the presence of the other

(FR) A la suite de la session Distant Movements #9, Muriel Piqué, dans son texte Entre Imaginaire et empathie / Between the Imaginary and Empathy, parle du doute de sa perception d’autrui, d’une altérité qui lui, en tant que danseuse et chorégraphe, était jusqu’alors inconnue.

(ENG) After the session Distant Movements # 9 Muriel Piqué, in her text Entre Imaginaire et empathie / Between the Imaginary and Empathy, speaks of her doubting perception of the others, of an otherness which to her, as a dancer and choreographer, was previously unknown.

(FR) Non seulement je perds toute notion du temps, mais je perds également toute représentation de moi-même.

(ENG) Not only do I lose all sense of time, but I also lose all representation of myself. I no longer clearly distinguish reality, I enter a mental space between the imaginary and feeling.

(FR) Lorsque je ressens ou crois ressentir le flux du mouvement de l’autre : est-ce que je ressens réellement de l’empathie pour cet autre corps en mouvement ou bien est-ce que je l’imagine ?

(ENG) When I feel or think I feel the flow of the other’s movement: do I really feel empathy for this other moving body or do I imagine it?

(FR) Je ne distingue plus clairement la réalité, j’entre dans un espace mental entre imaginaire et ressenti. Je sais que je ne suis pas seule dans cet espace mental …

(ENG) I no longer clearly distinguish reality, I enter a mental space between the imaginary and feeling. I know that I am not alone in this mental space …

(FR) Les yeux fermés, je suis à l’écoute du prolongement de la guidance partagée. Et je pressens parfois même le prolongement de notre danse, à moins que je ne l’imagine…

(ENG) With my eyes closed, I am listening to the extension of the shared guidance. And I sometimes sense the extension of our dance, unless I imagine it …

tumblr_inline_piv0rwjhhW1w5sk8k_1280

Est-ce qu’elle répond à Célia Bonnet-Ligeon, qui dans son article En VR, on reconnaît son corps dans celui de l’autre, parle de Distant Movements ? Célia y visite des projets VR et se demande:

Alors que manque-t-il à la réalité virtuelle pour qu’elle soit autre chose qu’un divertissement, qu’une sensation renouvelée de notre propre corps ? …. Pourquoi associer la commensalité à la réalité virtuelle ?

Filed under: networked performance, Performance, research, Virtual Reality, , , , , , , ,

Upcoming

 

  • 12/10 – 25/01 Exposition Angry Women take1 in Hadaly et Sowana, cyborgs et sorcières, l’Espace Gantner, Centre d’Art Contemporain, Bourogne.
  • 14/12 14h-16h30, Expérience Mouvements à Distance, Séminaire IMPEC externalisée à la Biennale d’art contemporain de Lyon.

Find :

Join 78 other followers

Flickr bram.org


Annie Abrahams
%d bloggers like this: